5 mets québécois à tester absolument à Montréal

Les habitudes alimentaires des Canadiens diffèrent largement des plats typiques français. Si la blanquette fait office de tradition dans notre pays, la poutine correspond aux stéréotypes gastronomiques que l’on accorde au Québec. Rapide tour des mets à goûter si vous passez par Montréal.

En effet, le Canada, et plus précisément le Québec, est réputé pour sa nourriture gourmande et spécifique au pays. Montréal possède la plus grande concentration de restaurants par habitants en Amérique du Nord. Rassurez-vous, les Canadiens ne passent pas leur temps à manger de la poutine. Mais les touristes de passage doivent tout de même tester ces plats propres au pays du sirop d’érable.

La poutine

Nous l’abordions rapidement plus haut ; quiconque fait référence aux plats typiques en vogue à Montréal évoquera instinctivement la fameuse poutine. A tort ou à raison, ce plat rencontre un franc succès, auprès des habitants comme des touristes. Qu’on l’apprécie, ou non, on ne peut nier l’originalité de ce plat.

La poutine mêle des ingrédients pourtant rarement mis ensemble : frites et… fromage fondu ! Ajoutez à cela de la sauce brune, vous obtiendrez une poutine. Certes, à l’entendre, ce met paraît peu ragoûtant. Pourtant, il demeure au centre de l’identité gastronomique canadienne. Tout voyageur de passage à Montréal se doit d’en prendre au moins un bouchée.

mets

La tourtière

Les recettes diffèrent selon les envies culinaires, mais la tourtière demeure une tourte à base de viande coupée en cubes de porc, de bœuf, ou de dinde. Elle tire son nom du plat utilisé afin de la faire. Selon la tradition, les Québécois servent ce met au réveillon de Noël, comme au jour de l’an.

La vraie tourtière du Québec, également appelée « pâté à la viande », n’inclut pas de pommes de terre dans sa recette. Elle se compose alors essentiellement de viande hachée. Les variantes de ce plat sont nombreuses, mais la viande en reste l’ingrédient principal.

Le smoked meat

On n’y aurait pas pensé, mais ils l’ont fait : le sandwich chaud à la viande fumée ! Tout droit venu d’Europe de l’Est, ce plat en a oublié ses origines pour se voir attribué à Montréal, et plus largement, la culture canadienne.

Cette spécialité est traditionnellement servie avec du pain de seigle, de la moutarde, et des tranches de viandes fumées empilées. Et pour ceux qui souhaitent faire un régime, ne vous privez pas ; vous pourrez spécifier la dose de graisse que vous souhaitez inclure dans votre sandwich.

mets

Le pâté chinois

Plusieurs théories évoquent l’origine de ce plat, toujours floue. Le Québec se l’est finalement approprié, et le pâté chinois s’identifie clairement à la culture montréalaise. Certains le considèrent même comme le plat national du Québec ! Similaire au hachis Parmentier français, il connaît diverses recettes.

Dans sa composition la plus simple, le pâté chinois mêle trois couches : l’une de bœuf haché, la seconde de maïs en crème, avant une troisième couche faite de pommes de terre en purée. Les trois couches se placent horizontalement les unes au-dessus des autres dans un plat, avant de cuir le met au four.

Les produits à base de sirop d’érable

Autre stéréotype que l’on doit à la culture gastronomique montréalaise : le sirop d’érable. Cette sève brunâtre s’exporte aujourd’hui partout dans le monde, et le Canada en est le plus gros fabriquant. Plus encore, le Québec réalise les trois quart de la production mondiale ! Ainsi, de nombreux produits dérivés de cette solution naturellement sucrée ont fait leur apparition, sous forme de cocktails, desserts, ou pour le dîner.

A commencer par les denrées à ajouter aux plats : le beurre d’érable – qui ne contient pas de beurre –, le sucre d’érable, qui remplace le sucre habituel afin de relever le goût des recettes, ou le sucre à râper, que les Canadiens utilisent en garniture, essentiellement sur du pain, crêpe et rôti.

Une sorte de « glace » doit également son originalité à ce sirop : la tire d’érable. La tire chaude, versée sur la neige ou sur de la glace. Il suffit de tremper un bâtonnet dans cette substance gelée avant de déguster. Spécial, mais certains apprécieront cette préparation culinaire du temps des sucres, entre mi-mars et fin avril.

Viande, fromage, sirop d’érable. Voici, en résumé, les ingrédients par lesquels jurent les Québécois. Les plats typiques sont bien trop nombreux pour que l’on puisse tous les répertorier, mais en voici un aperçu ! Pensez donc à goûter les plats typiques de là-bas au cours de votre tour à Montréal.